News

Nombre de résultats:39

BRC Global Standard for Food Safety est publié!

La version 8 du BRC Global Standard for Food Safety est désormais disponible, son application est obligatoire à partir du 1 février 2019.

La nouvelle version est riche en changements, avec, entre-autres, l’apparition de deux nouveaux chapitres: le chapitre 8 qui réunit toutes les exigences sur les zones à haut risque et de grande précaution, et le chapitre  9 qui transforme  l’ancien module volontaire sur les produits commercialisables ou  «Traded good» en exigences d’application obligatoire.

Le standard apporte plusieurs dizaines de nouvelles exigences, mais aussi des chapitres revus en profondeur tel que le premier chapitre sur l’engagement de la direction, qui s’enrichit de 3 nouvelles exigences, et de 7 exigences modifiées pour introduire la notion de culture de la sécurité des aliments.

D’autres chapitres, tels le 3.5 sur l’approbation des fournisseurs, déjà assez détaillé dans la version 7, ont été revus  afin d’apporter de nouveaux éclaircissements sur les audits fournisseurs ; le chapitre sur la gestion des processus sous-traités a également été consolidé par l’apparition de nouvelles exigences.

Vous pouvez télécharger le standard ici.

Nous vous mettons à disposition la nouvelle check-list du BRC ici.

ProCert vous propose un webinaire (à deux dates) afin de mieux comprendre ces changements et de vous préparer à votre premier audit selon cette nouvelle version 8.   

Redevances BRC et mise en vigueur de la version 8

BRC augmente les redevances et la date de mise en vigueur est connue.

Le BRC a décidé d’augmenter ses redevances par certificat de GBP 300 à GBP 450 (Euro 510, CHF 610) pour tous les audits à partir du 1 août 2018, donc avant la mise en vigueur de la version 8.

De nouvelles prestations seront offertes à travers le portail du BRC, afin de mieux maitriser la filière agro-alimentaire. Les détails ne sont pas encore connus.

Les frais pour les modules supplémentaires ont tous été alignés à GBP 100 (Euro 115, CHF 135),  pour chacun de ces modules (ASDA, FSMA, etc.), à l'exception du module Food Safety Culture Excellence v2. Les frais ASDA ne sont pas encore définitivement confirmés.

La nouvelle version sera applicable pour tous les audits BRC à partir du 1 février 2019

(et pas à partir du 1 janvier 2019 comme annoncé dans la Newsletter).

SwissGAP Fruits, Légumes et Pommes de terre - Petits ajustements au 1er janvier 2018

SwissGAP Fruits, Légumes et Pommes de terre (FLP) a subi des ajustements mineurs au 1er janvier 2018.

Depuis que GLOBALG.A.P. a assez étonnamment changé de la version 5.0-2 à la version 5.1 à la mi-2017, la norme SwissGAP FLP a également dû être légèrement adaptée.

Les ajustements dans les exigences techniques (checkliste) ont toutefois pu être maintenus au plus bas. La plupart des entreprises ne pourront donc même pas les décelés lors de leurs contrôles.

D'un point de vue textuel, le point de contrôle 7.4.1 a été légèrement complété et il y a eu un allégement pour les volumes des bacs de rétention des citernes à diesel et à huile (PC 11.2.1). En outre, le niveau requis au PC 10.6.4 a été élevé, passant d'une recommandation (verte) à une exigences mineure (PC non-critique jaune), mais cela ne concerne que les entreprises qui doivent faire analyser elles-mêmes l'eau de lavage du traitement final de leurs produits.

Sinon, il y a une nouvelle exigence dans les règlements de 2018 selon laquelle le même inspecteur ne peut pas contrôler la même entreprise plus de quatre fois de suite. Pour les entreprises de production, avec un contrôle tous les 3 ans, ce ne sera pas un problème. Cela doit avant tout être pris en compte par les organismes de contrôle qui effectuent des audits annuels chez les commerçants SwissGAP.

Des informations complètes sur SwissGAP, ainsi que la lettre annuelle aux exploitations se trouvent sur le site d’Agrosolution: https://agrosolution.ch/fr/swissgap/.

SwissGAP Horticulture - Petits ajustements au 1er janvier 2018

SwissGAP Horticulture a subi des ajustements mineurs au 1er janvier 2018.

Depuis que GLOBALG.A.P. a assez étonnamment changé de la version 5.0-2 à la version 5.1 à la mi-2017, la norme SwissGAP FGK a également dû être légèrement adaptée.
La mise à niveau avec la nouvelle version a demandé sensiblement plus d'effort de traitement que ce qui est effectivement ressenti dans la mise en œuvre pratique auprès de chaque entreprise. Cela a empêché la nécessité de faire des ajustements dans les exigences techniques (checkliste). SwissGAP Horticulture continue d'être reconnu comme un « Equivalent Scheme »., c.à.d. comme un standard absolument équivalent, à GLOBALG.A.P.

GLOBALG.A.P. a apporté quelques ajustements aux groupes de produits horticulture, engendrant un effort supplémentaire, en particulier dans les coulisses de ProCert, pour l’enregistrement dans la base de données GLOBALG.A.P. Pour les entreprises, les groupes de produits horticulture de SwissGAP ne changent pas, sauf qu’il n’y a plus de distinction entre « en pleine terre » et « sous serre » pour les «fleurs coupées».


Sinon, il y a une nouvelle exigence dans les règlements de 2018 selon laquelle le même inspecteur ne peut pas contrôler la même entreprise plus de quatre fois de suite. Nous commencerons les premières rotations à partir de 2019 pour répondre à cette exigence.

De plus amples informations, ainsi que les Newslettern relatives peuvent être trouvées sur le site internet de JardinSuisse. Si vous avez des questions, Martin Widmer est à votre Disposition.

Nouvelles directives pour les marques régionales 2018

A partir du 1er janvier 2018, une nouvelle version des directives pour les marques régionales est en vigueur. Cette dernière expose, entre autre, les bases pour la certification par ProCert pour les labels Culinarium et DlR.

Vous trouvez les directives actuelles sous : https://www.schweizerregionalprodukte.ch/fr-1/lignes-directrices/ ¶

Vous trouvez les directives générales et des informations complémentaires concernant Culinarium sous : http://culinarium.first-media.ch/mitmachen/ (en allemand). Un nouveau formulaire Excel comportant un filtre pour la définition des régions est disponible.

Les changements les plus importants :

  • Pour les produits qui se conservent dans un liquide, le poids égoutté est déterminant pour le calcul de la part régionale 
  • Le stockage en dehors de la région est soumis à une autorisatio
  • La liste des ingrédients importés autorisé a été modifiée

BIO SUISSE: Nouvelle version du Cahier des Charges 2018

Il n’y a que peu de changements. Les exigences concernant la durée de stockage du lait ont été tracées des directives.

La version française du Cahier des Charges 2018 est en linge

Le check-up durabilité doit être effectué par tous les preneurs de licence jusqu’à fin 2018.

Pour l’annonce de cas de résidus, prière d’utiliser le formulaire correspondant disponible sur notre page d’acceuil.

Nouveau Logo SUISSE GARANTIE

Dans le cadre de la nouvelle campagne publicitaire une légère retouche a été effectuée sur le logo SUISSE GARANTIE afin de s’adapter doucement à l’air du temps.

Le nouveau logo est utilisé dans la publicité à partir de janvier 2018. Pour les nouveaux emballages et bons à tirer, le nouveau logo doit être utilisé à partir de maintenant.  Pour les emballages et étiquettes existant un délai de transition est fixé jusqu’au 01.01.2022.
Vous pouvez télécharger le logo et le nouveau manuel de présentation graphique sous la homepage www.suissegarantie.ch. Nous vous prions de prendre en considération que la bordure a été supprimée sur fond foncé et de toujours nous envoyer les bons à tirer à .

Nouveautés avec BRC Food version 8

Standard en version draft disponible.

Le BRC Food est en cours de révision, avec la publication attendue de la version 8 pour août 2018. Cette nouvelle version sera applicable pour tous les audits BRC à partir de février 2019.

Vous pouvez consulter librement le standard en version draft. Vous pouvez le télécharger ici sous Informations par rapport à des standards.

Les principaux changements attendus sont résumés ci-dessous :

  • Introduction d’une nouvelle approche, «Food Safety Culture », dans le premier chapitre concernant le management et l’engagement de la direction, avec des exigences sur la mise en place d’une stratégie pour le développement et l’amélioration d’une culture d’entreprise dans la sécurité des produits alimentaires, avec par exemple un système de communication interne pour la remontée d’informations de l’opérationnel vers le management.
  • Revue  de certaines terminologies du système HACCP afin de se conformer aux différentes législations internationales, telle que le FSMA.
  • La revue des exigences sur le Food defense, avec une orientation vers l’analyse des risques (menaces) internes et externes
  • Une approche plus exigeante pour la maîtrise des activités et processus sous-traités, avec,par exemple,l’obligation d’une certification GFSI pour les sous-traitants.
  • Des exigences plus détaillées sur la surveillance de l’environnement de production de produits à risques, avec des détails  sur l’échantillonnage , la fréquence, les méthodes, les objectifs des analyses réalisées sur les germes pathogènes et d’altération.
  • Introduction du pet food dans le scope du BRC.
  • Regroupement des exigences actuelles sur les zones high risk et high care, qui restent à priori  inchangées, dans un seul nouveau chapitre, le chapitre 8.
  • L’actuel module volontaire « traded goods » fera partie entièrement du BRC Food, avec un nouveau chapitre 9.
  • La disparition de l’option 2 de l’audit non annoncé. Il y n’aura donc que deux options possibles (pas d’obligation), l’audit annoncé ou l’audit totalement non annoncé.

Comment procéder ?

Des séminaires interactifs seront proposés en automne 2018.

IFS Food Version 6.1 disponible

Publication de la version IFS Food 6.1.

Version 6.1 ou version 7 ?

La version 7 du standard IFS Food était annoncée pour 2018. Cette nouvelle version devait notamment être l’occasion de mettre le standard en conformité avec les exigences GFSI en termes de prévention de la fraude alimentaire (Food Fraud). Ceci devant être fait avant le 30 novembre 2017, ce sera finalement une version amendée de la version 6 actuelle qui a vu le jour le 30 novembre: la version 6.1. La version 7 ne sera pas publiée avant fin 2018.

La version 6.1 se trouve sous ce lien.

Quelles nouveautés avec la version 6.1 ? 

Cette nouvelle version consolide les dernières évolutions déjà applicables ainsi que quelques nouveautés :

Partie 1 :

  • mise à jour du protocole Integrity Program par rapport à l’annexe 4
  • intégration du protocole « audit non annoncé »
  • mise à jour avec harmonisation du document par rapport à la note de doctrine (juillet 2017)

Partie 2 :

  • 20.3 : reformulation de l’exigence
  • 21 (nouveau): exigences de prévention de la fraude alimentaire (Food Fraud) (évaluation de la vulnérabilité « Food Fraud », plan d’atténuation de la vulnérabilité, révision de l’évaluation au moins annuelle et des plans d’évaluation et d’atténuation en cas d’augmentation des risques)

Partie 5 :

  • intégration du protocole d’audit non annoncé

Quel planning ?

La publication de la nouvelle version 6.1 a été réalisée le 30 novembre pour application le 1 juillet 2018.

Comment procéder?  

Une formation interactive sur le sujet Food Fraud en format Blended Learning sera offerte en 2018 (nouveau).

Des séminaires interactifs seront proposés dés la publication de la version 7.

Ajustement des lignes directrices

La part minimale de céréales dans un produit qui a le droit d’être désigné avec PurEpeautre est nouvellement de 10 %, au lieu de 20%.

« Les aliments peuvent être désignés par la marque protégée et/ou la dénomination „PurEpeautre“ uniquement si la part totale de céréales atteint au minimum 10% et qu’elle est composée à 100% de PurEpeautre certifié. »

Le cahier des charges du 16.08.2017 est disponible sur le site de la CI Epeautre.

  • 03.08.2017

Nouveau standard ISO 14001:2015

Ce que vous devez savoir

Chères clientes et clients,

Vous recevez cette information, concernant le nouveau standard ISO 14001:2015, sous forme de questions les plus fréquentes : Link

Nous vous souhaitons une bonne lecture.

En cas de questions complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter.

Fabienne Saint-Martin / Raphaël Sermet
Responsables veille ISO 14001
/

Nouveau standard FSSC 22000 version 4

Ce que vous devez savoir

Chères clientes et clients,

Vous recevez cette information, concernant le nouveau standard  FSSC V4, sous forme de questions les plus fréquentes : Link

Nous vous souhaitons une bonne lecture.

En cas de questions complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter.

Cette liste de questions / réponses n’est pas exhaustive.

Nous proposerons dès le mois d’août, des réunions complémentaires, en ligne, pour partager avec vous. Là, vous aurez la possibilité de poser des questions en comité ou de participer aux discussions. Nous vous informerons des dates proposées sur notre page d'accueil.

Ismail Saadi / José-Michel Perez
Responsables Veilles
/ j-m.perez@procert.ch

  • 12.06.2017

News ISO 9001:2015

Systèmes de management, interprétations et exemples pratiques

Nous nous réjouissons de vous présenter notre nouveau dispositif de « news » ayant pour objectif de vous informer régulièrement sur les nouveautés et de vous soutenir dans l’utilisation des normes de système de management.

 

Nous souhaitons profiter des expériences de nos lead auditeurs, qui sont au quotidien dans les entreprises, pour partager avec vous leurs exemples pratiques ainsi que pour répondre aux questions que vous vous posez.

Il va sans dire que nous ne diffuserons aucune donnée confidentielle.

 

La norme ISO 9001 – 2015 a été publiée en septembre 2015, nous disposons dès lors de bientôt deux ans d’expérience auprès des entreprises qui étaient certifiées ISO 9001 : 2008 et qui ont obtenu avec succès leur certification ISO 9001 : 2015.

 

Exemple pratique sur la compréhension du contexte de l’organisation (chp. 4.1) et des besoins et attentes des parties intéressées (chp. 4.2) ainsi que sur les actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités (chp. 6.1)

 

Les exigences évoquées dans ces différents chapitres n’existaient pas dans la version précédente de la norme ISO. Lorsqu’elles sont comprises et mises en œuvre avec une approche systémique, elles apportent une réelle valeur ajoutée pour le management de l’entreprise.

 

Contexte

Dans le cadre du management de la qualité, l’intérêt de bien comprendre le contexte interne et externe dans lequel évolue son entreprise est que celui-ci va avoir un impact direct sur l’atteinte ou non des résultats que l’on souhaite obtenir.

Voici, par exemple, des facteurs qui peuvent influencer le contexte interne : les valeurs, la culture, les connaissances et la performance de l’entreprise ainsi que ceux qui peuvent influencer le contexte externe : l’environnement juridique, technologique, concurrentiel, commercial, culturel, social et économique.

 

Parties intéressées

La compréhension des besoins et attentes des parties intéressées est une partie importante de l’analyse du contexte de son entreprise. Les parties intéressées pertinentes peuvent, par exemple, comprendre les clients, propriétaires, collaborateurs, prestataires, établissements financiers, autorités réglementaires, syndicats, partenaires, riverains, etc.

 

Approche par les risques

Il est question des risques et des opportunités qui pourraient limiter ou à l’inverse assurer la meilleure atteinte possible des résultats attendus. Concrètement, il s’agit des risques et opportunités stratégiques qui auront un impact significatif soit sur la pérennité des produits ou prestations, soit même sur la pérennité de l’entreprise.

 

Comment cela peut s’appliquer concrètement ?

Bien qu’aucune information documentée ne soit exigée par la norme, il n’en reste pas moins vrai que cette analyse stratégique sera d’autant plus pertinente que si elle est issue d’une méthode adéquate et bien rôdée.

De manière pragmatique, il est recommandé d’analyser ces différents éléments lors d’une seule et même analyse stratégique globale. Il existe plusieurs outils de management utiles pour faciliter la réalisation de cette analyse, en voici quelques exemples : Analyse SWOT, Ishikawa, PESTEL, modèle des 5 forces, modèle 7S.

   

Procédure de certification ?

Les règles de certification en termes de durée d’audit sur site, de représentativité des processus, des services audités restent les mêmes que pour la certification ISO 9001 – 2008. Le passage à la nouvelle version ISO 9001 – 2015 restera dans le même budget.

 

Vos questions

N’hésitez pas à nous transmettre vos questions à travers le site internet www.procert.ch en cliquant sur le bouton en haut à droite « suggestions ».

Nous vous assurons que vos questions sont traitées en collaboration avec nos équipes de responsables d’audits.

 

Formation continue

Pour de plus amples informations, vous avez également la possibilité de consulter nos offres de formations continue en cliquant sur l’onglet « Formations » de notre site internet.

   

Pour toutes informations nous restons à votre disposition.

 

Michael Gross

Responsable veille ISO 9001

m.gross@procert.ch

Suisse Garantie: Nouveau Règlement général dès le 1er Janvier 2017

Le Règlement général a été légèrement ajusté.

Ci-après les modifications importantes:

- Les définitions de l'origine Suisse et de la transformation en Suisse ont été adaptées à la législation Swissness.

- Un produit semi-fini peut être décomposé pour le calcul, à condition que le fabricant du produit semi-fini ait été contrôlé et dispose d’une confirmation SUISSE GARANTIE établie par un organisme de certification reconnu.

- L'eau dans les boissons est exclue du calcul, mais doit provenir d’une source de la région selon le chiffre 3.1.1, « origine suisse ».

Pour trouver le Règlement général actuel suivre ce lien.

Bio Suisse: Nouvelle version du Cahier des Charges 2017

La version française du Cahier des Charges 2017 est en linge

Neue Richtlinien Regionalmarken 2017

Ab dem 1. Januar 2017 ist eine neue Version der Richtlinien für Regionalmarken in Kraft, welche unter anderem die Grundlage für die Culinarium- und AdR-Zertifizierungen durch ProCert darstellt.

Die aktuellen Richtlinien finden Sie unter: http://www.culinarium.ch/Partner/Zertifizierung.aspx

Für Getränke gibt es neue Richtlinien, welche im Kapitel B2 zu finden sind. Ansonsten sind nur kleine Anpassungen gemacht worden.

Novelles directives Migros Bio 2017

Les directives Migros Bio transformation et commerce ont été mises à jour.

Les modifications brièvement résumées:

Principe: Désormais le co-branding de Migros Bio et de UTZ Certified est possible.

Séparateur de graisse: Pour éviter que la pâte ne colle, l’utilisation d’un séparateur de graisse conventionnel était autorisée pour Migros Bio. Cela n’est plus possible puisque l’ordonnance sur l’agriculture biologique (loi) prescrit désormais l’utilisation de séparateurs de graisse biologiques.

Origine: La liste des priorités concernant la provenance est supprimée. La plus-value «Swissness» incite à utiliser le plus possible de matières premières suisses. Possibilité d’allégation avec le nouveau logo Migros Bio Suisse.

Directives concernant les emballages: Référence au manuel Migros «Gestion de marque Swissness / Suissitude» et nouveau logo Migros Bio Suisse.

Utilisations du logo Migros Bio: En fonction de la qualité et de la provenance des matières premières, diverses variantes de logo sont envisageables.

Les règles suivantes s’appliquent à Migros Bio Suisse:

- min. 90% de matières premières suisses dans le produit

- monoproduits = 100% de matières premières suisses

Nouvelle Version SwissGAP FLP à partir du 1er janvier 2017.

SwissGAP Fruits, Légumes et Pommes-de-terre (FLP) a été adapté à la version actuelle de GLOBAL G.A.P et entre en vigueur le 01.01.17.

A partir de 2017, tous les audits et toutes les certifications seront menés selon la nouvelle version standard de 2017. SwissGAP FLP a passé avec succès le Benchmarking avec la version actuelle de GLOBAL G.A.P 5.0-2 et continue à être ainsi officiellement reconnu comme « Resembling Scheme » (c.-à-d. comme pratiquement équivalent). Les exigences techniques (Checklist) correspondent totalement avec celles de GLOBAL G.A.P.  En ce qui concerne le système, il existe quelques exceptions, il s’agit principalement de la fréquence de contrôle de trois ans au niveau de la production ainsi que le système de certification (différenciation entre producteurs reconnus et commerçant certifiés).

 

Des informations détaillées au sujet de SwissGAP FLP, y compris un document aux exploitations comprenant les modifications importantes de la version 2017, peuvent être trouvées sur le site web d’Agrosolution http://agrosolution.ch/fr/swissgap/.

  ProCert est l’interlocuteur compétent pour la certification SwissGAP FLP. Votre personne de contact: Martin Widmer

Nouvelle Version SwissGAP Horticulture à partir du 1er janvier 2017

SwissGAP Horticulture a été adapté à la version actuelle de GLOBAL G.A.P et entre en vigueur le 01.01.17.

A partir de 2017, tous les audits et toutes les certifications seront menés selon la nouvelle version standard de 2017. SwissGAP Horticulture a passé avec succès le Benchmarking avec la version actuelle de GLOBAL G.A.P 5.0-2 et reste ainsi officiellement reconnu comme « Equivalent Scheme», c.-à-d. que SwissGAP Horticulture est un standard absolument équivalent à Global G.A.P.

Des informations détaillées au sujet de SwissGAP Horticulture, y compris une Newsletter de JardinSuisse concernant la nouvelle version, se trouvent sur le site web de JardinSuisse : http://jardinsuisse.ch/fr/themenFR/unsere-themen/swissgap/. Pour les membres de JardinSuisse, l’accès complet à la documentation de la nouvelle version est possible au moyen d’un mot de passe. Les autres personnes intéressées peuvent contacter JardinSuisse.

Procert est le seul organe de certification avec les compétences correspondantes et l’accréditation pour la certification SwissGAP  Horticulture. Votre personne de contact: Martin Widmer.

Publication de QSC 2.0 :2016

QSC est l’acronyme de Quality School Certificate, en français Certificat suisse de qualité pour les écoles d’enseignement général et professionnel.

Ce standard avait été élaboré en 2007 spécifiquement en vue de la mise en place dans les écoles d’un système de «gestion qualité».

Le but était de répondre aux exigences légales fédérales et cantonales quant au développement de la qualité dans les écoles professionnelles et les écoles privées.

Le nouveau standard est appelée QSC 2.0 :2016 et il est présenté en quatre tomes :

  • le premier tome comprend une introduction permettant l’appréhension des principes et des concepts du certificat
  • le second tome un guide de l’utilisateur destiné à favoriser la démarche d’autoévaluation, pas à pas
  • le troisième tome est plus particulièrement destiné aux auditeurs, et comporte les exigences à atteindre pour obtenir la certification qualité
  • le dernier tome décrit le protocole de certification.

De manière générale le standard QSC 2.0 s’oriente sur les exigences du système management qualité ISO 9001 : 2015 ce qui facilite l’intégration des deux standards. On y intègre des exigences managériales plus complètes et une analyse des risques et des opportunités qui viennent compléter la stratégie managériale.

Les objectifs de ce standard qualité sont au nombre de trois :

  • Un équilibre respecté entre tous les domaines qui font la qualité d’une école.
  • Un certificat qui n’enferme pas l’école dans un fonctionnement unique, mais qui accepte la diversité des pratiques et dispositifs.
  • Une procédure exigeante, clairement lisible, fortement guidée, et dotée d’outils d’auto évaluation tout au long de la démarche.

Le standard qualité est conçu de manière à faciliter la démarche des coordinateurs/responsables du projet à l’intérieur de l’école. Il comporte, pour chacun des chapitres à renseigner et un ou plusieurs exemples. Il est toujours possible de procéder par un système de renvoi lorsque des informations peuvent répondre à deux chapitres simultanément. Lorsque des exigences ne sont pas remplies ou que l’école – en cours de transformation par exemple, ne répond pas aux seuils du certificat, il est demandé d’indiquer les démarches qui sont en cours, ou qui seront mises en place pour combler les lacunes observées. Toutes les démarches décrites doivent pouvoir être démontrées et prouvées, le cas échéant, par des documents engageant la responsabilité de l’école.

Le référentiel QSC 2.0 :2016 réorganise l’ordre des domaines et des chapitres. Il a pour but ainsi d'améliorer la cohérence interne du document et d'être plus proche du déroulement de la procédure d’audit.

Le référentiel QSC 2.0 :2016 est constitué de six domaines :

  1. Management
  2. Encadrement,   compétences du corps enseignant, enseignement
  3. Éthique et droit scolaire
  4. Admission   et orientation des élèves ; certification et délivrance des titres
  5. Bâtiments, vie quotidienne, aménagements
  6. Internat

Chacun de ces domaines est lui-même divisé en plusieurs chapitres qui constituent l’ossature du domaine. Les chapitres concernent des éléments constitutifs de l’école et sont complémentaires les uns des autres.

L’ensemble de la démarche QSC s’articule autour de cinq critères qui d’un chapitre à un autre n’ont pas le même poids :

La pertinence : Les prestations, les modes d’organisation et les structures s’inscrivent dans l’esprit et la logique de la politique de l’établissement

La conformité : Les prestations, les modes d’organisation et les structures répondent aux exigences législatives et réglementaires en vigueur

La lisibilité : Les prestations, les modes d’organisation et les structures sont clairement repérables et identifiables par la clientèle et tous les partenaires de l’établissement scolaire

La satisfaction : Les prestations, les modes d’organisation et les structures correspondent aux attentes des usagers de l’établissement

L’adaptabilité : Les prestations, les modes d’organisation et les structures sont susceptibles d’évoluer en fonction de contraintes nouvelles

Les modalités de transition de la version 2007 à la version 2016 sont les suivantes:

Début des certifications selon QSC 2.0 (2016) : janvier 2017

Durée de la transition : 3 ans jusqu’au 30 novembre 2019

Fin de la validité de la norme QSC 2007 : 30 novembre 2019

Cela veut dire que les certificats QSC :2007 établis à partir de maintenant auront une validité maximale jusqu’au 30 novembre 2019, donc moins de 3 ans.

Vous trouverez aussi plus d’informations sur le site officiel de QSC sous www.qsc-certificate.com courant 2017.

Votre personne de contact:
Domingo Fernandez